* . * COULEURS & HARMONIE * . *

* . * COULEURS  &  HARMONIE * . *

LE LION : la force psychique.

  Un bilieux plein de vitalité.

 

Si tous les natifs du Lion n'ont pas une force physique capable de supporter la comparaison avec celle du roi des animaux, il faut néanmoins reconnaître que, de tous les signes, il est celui sous lequel les natifs ont la plus grande force corporelle. L'aspect physique est le plus souvent celui d'une charpente solide bien proportionnée, de traits énergiques et lumineux et d'un système musculaire équilibré. La santé est robuste et lez sujet naît et grandit sans trop poser de problèmes.

 

On considère que le natif du Lion a un tempérament de bilieux.

 

Ses mouvements expriment une extériorisation des pensées, des impressions, des sentiments : le Lion fait des gestes. Il agit.

 

Cette action est là pour utiliser son trop-plein de vitalité : tout le comportement du sujet est marqué par une abondance, une ardeur, une diversité rapide des impressions et des réactions qui sont uniformes dans le zodiaque. La carrure, l'énergie provoquent le désir d'agir, et cela se traduit par une forte tendance à la revendication. Cette somme d'énergie disponible peut aller jusqu'au goût de l'aventure, se mettre au service de l'ambition ou conduire à l'esprit de domination.

 

Activité d'abord.

 

Le natif du Lion, est, en principe, et si rien de vient contrecarrer exceptionnellement sa nature, un être sain. Il voit les choses avec naturel, son esprit est équilibré, détaché des étroitesses d'un égoisme qui, pour lui, en raison de sa force, serait parfaitement superflu. En conséquence, il n'est pas méfiant et suppose a priori les autres aussi naturels que lui. Aussi ignore-t-il les voies tortueuses, les mensonges, les ruses, les méfiances, les hésitations, la timidité. Si, par suite de circonstances particulières, il perd ce bel équilibre, il est tout décontenancé et sent nettement que son équilibre doit immédiatement être compensé sous peine de sentir sa personnalité faire naufrage. Il trouve d'ailleurs, dans un tel cas, l'aide nécessaire auprès d'un ami ou d'un partenaire aimé.

Il est donc confiant, heureux et sans complications.

De cette certitude innée due  à sa force et de son équilibre résulte chez lui un air d'autorité raisonnable qui l'impose dans le milieu où il vit.

 

Cela se passe toujours ainsi, quelle que soit  sa situation sociale. Car, à lire le portrait d'un Lion, on serait tenté de dire : »Mais ils naissent donc toujours dans les classes dirigeantes ? » Non, mais s'ils sont issus d'une famille très modeste, ils ne tardent pas à monter de plusieurs  échelons dans la société ; et, de toute façon ils agissent toujours comme s'ils avaient la puissance. C'est une habitude, un instinct, un style ; ils sont ainsi.

 

Une personnalité secondaire.

 

En analysant le caractère du Bélier, nous avons remarqué qu'il s'agissait d'une psychologie dite primaire ; la personne est spontanée, vive ; elle  considère les faits au présent et a tendance à oublier ce qui est passé. La réaction est immédiate, mais de brève durée.

Une personnalité secondaire, telle celle que nous rencontrée chez les natifs du Taureau, observe et réfléchit  avant d'agir.

Le Lion appartient à cette seconde catégorie : c'est un être actif et pourvu d'une psychologie secondaire.

Pour lui, vouloir c'est pouvoir, car il se sent assez fort pour prendre ce qu'on ne lui donnerait pas.

 

Dans les cas limites, si les circonstances, les astres, l'entourage ont sur lui une influence mauvaise, il peut devenir tyrannique et cherche à résoudre tous les problèmes par la violences.

Il est possible que l'agressivité vienne accentuer encore cette note de violence. Nous avons vu que l'agressivité était apportée par la planète Mars.

Au contact d'un obstacle, un Lion agressif lancera dans le combat les forces qu'il a en réserve, et cela en dépit de toutes les résistances qui lui seront opposées.

 

Le caractère secondaire du psychisme du sujet évitera dans la majorité des cas que n'éclate un drame car, instinctivement, le Lion n'agit qu'après réflexion. Parfois, la colère sera partiellement feinte, pour mesurer l'étendue de la crainte qu'elle inspire.

 

Le Lion ne supporte pas d'être vaincu. Dans le meilleur des cas, il lévite la compétition s'il n'est pas assuré de la victoire. S'il est vaincu, il subit un grave choc psychique.

 

Connaissant sa force et n'étant pas d'une nature méfiante, le Lion attaque toujours de face. Il ignore les « coups fourrés », les « combines » et les manœuvres souterraines.

 



30/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres